Actualités

Un travail d’orfèvre pour la rénovation de l’Hôtel de la Marine

Retenu pour la réalisation de la scénographie (conception cabinet MOATTI/RIVIERE, design AGENT M) et de la signalétique (agence LOCOMOTION), Oxy œuvre depuis l’automne 2020 sur ce chantier particulièrement complexe, de surcroît dans le contexte de crise sanitaire. La rénovation de ce haut lieu d’art et de culture est un formidable défi artistique et technique.

L’inauguration officielle qui s’est déroulée le 10 juin dernier en présence du Chef de l’État, est venue clore quatre années de restauration de ce monument emblématique de la place de la Concorde.

Pour réaliser les enseignes extérieures « Twist », caractérisées par une forme en vrille où la fonte des pièces en aluminium s’avère particulièrement délicate, Oxy dû recourir à une technique utilisée en aéronautique.

Les textes en partie haute des twists ont été réalisés en marqueterie par incrustation de lettres en aluminium anodisé noir. La fixation des enseignes dans les joints des pierres de taille de ce monument classé a été rendue possible à partir les relevés 3D de la façade. Pas moins de 5 prototypes ont été nécessaires pour obtenir le résultat escompté.

Tout repenser mais sans rien toucher qui puisse dénaturer le site ni les matériaux classés, la pose de la signalétique s’est révélée un vrai casse-tête. En particulier dans les appartements où toutes fixations mécaniques ou collées étaient exclues.

Redoublant d’ingéniosité, les designers avec Oxy ont imaginé des plaques de portes suspendues par des lanières en cuir réalisées sur mesure avec au dos des portes, un contre poids traité en argent chaud permettant à la plaque de rester en position, sans aucun contact avec le support.

Fixations invisibles, matériaux d’exception travaillés avec des techniques utilisées dans des secteurs comme l’aéronautique ou les chantiers navals de luxe, finitions à la main, Oxy n’a rien concédé sur la qualité de ce chantier qui restera l’une des plus belles réalisations de l’entreprise.

Crédit photo : Manuel Cohen